Le matériel de ski de randonnée nordique

par Alexis dans Matériel de montagne 20 déc. 2014 4222 lecteurs Soyez le premier à commenter (partager)

Retour d’expérience sur des skis de randonnée nordique, chaussures et pulka 

 

Ski de randonnée nordique sur le plateau du Hardangervidda, Norvège

Lors de notre itinérance d’une dizaine de jours sur le plateau du Hardangervidda en mars 2014 (récit dans CA #38), Coralie et moi avons utilisé pour la première fois du matériel de ski de randonnée nordique. Pour ceux qui ne connaissent pas encore, voici quelques spécificités de ce matériel :

  • Au contraire des skis de fond, les skis de randonnée nordique ont des carres sur les côtés qui permettent de déraper dans la neige et des écailles sur la semelle qui permettent au skieur de ne pas reculer dans les montées peu raides. Ces skis sont aussi plus larges que des skis de fond et donc permettent de beaucoup moins s’enfoncer en neige profonde.
  • Ils sont plus souples et plus légers que des skis de randonnée classiques, et souvent un peu plus étroits (par rapport à des skis de rando « fat »)
  • La rigidité et la hauteur de tige des chaussures sont intermédiaires entre les chaussures de ski de fond et celles de ski de randonnée ou de piste.
  • La chaussure de ski de randonnée nordique n’est fixée qu’à l’avant, jamais à l’arrière. La descente, même si elle est plus facile qu’à ski de fond grâce aux skis plus larges et aux carres, reste donc toujours assez « acrobatique », même pour des bons skieurs hors piste (avec des skis de piste ou de rando). La technique de descente s’apparente plus au télémark qu’au ski classique.

 

Le terrain de prédilection du ski de randonnée nordique est plat à vallonné, hors piste bien sûr. Pour des pentes raides à la montée, on peut mettre des peaux de phoque sous les skis. On en met aussi très souvent dès qu’on tire une pulka pour avoir une meilleure accroche. À la descente dans des pentes de plus de 15-20°, si on est bon en télémark, on peut enchaîner les virages, mais la plupart des skieurs nordiques font des conversions ou des virages au ralenti…

L’immense avantage du ski de randonnée nordique par rapport au ski de randonnée classique est de pouvoir partir plusieurs jours en montagne l’hiver sans être obligé de savoir skier, avec une vitesse de progression souvent plus grande qu’à raquette, et un certain plaisir de la glisse. En France, les terrains de prédilection du ski de randonnée nordique sont le Massif Central, le Jura, le Vercors : les hauts plateaux ou les crêtes sur lesquels on peut randonner pendant près d’une semaine. Il est aussi possible d’imaginer des randos de quelques jours dans beaucoup d’autres massifs français. Presque tous les territoires du Grand Nord se prêtent à merveille à des longs raids à ski de randonnée nordique : la Laponie, le Spitzberg, le Groenland, la Terre de Baffin…

SRN Pour plus d’infos, sur le matériel et les itinéraires possibles notamment, le site français le plus complet en la matière est skirandonneenordique.com.

Les retours d’expérience que nous publions ici ne sont pas des comptes rendus de test réalisés par des spécialistes du ski de randonnée nordique, mais un recueil d’impressions de pratiquants très réguliers de ski de randonnée classique qui débutent en ski de randonnée nordique (Coralie et Alexis de la rédaction de Carnets d’Aventures). Voici le matériel que nous avons utilisé, avec les liens vers les fiches :

 

Pour Coralie :

 

Pour Alexis :

 

Ce matériel nous a été prêté par Aventure Nordique.

 

Commentaires
(partager)