Gants chauffants Racer Connectic

par Anthony dans Gants 24 févr. 2016 mis à jour 29 févr. 2016 3443 lecteurs Soyez le premier à commenter (partager)

Gants chauffants Racer Connectic modèle 2015-2016

À l’approche de l’hiver, les gants plus chauds ressortent progressivement des tiroirs pour le plus grand plaisir des phalanges. Les occasions d’améliorer l’isolation des gants ne manquent pas : vol en parapente, ski, vélo...

Vous pouvez également vous reporter à notre précédent comparatif de gants de montagne chauds incluant plusieurs modèles de gants chauffants (dont, chez la marque Racer, le modèle Heatwear).

Nous testons ici le modèle Connectic de la marque Racer.

Au début de cet hiver, les températures ont été tellement clémentes qu’il a fallu attendre un peu avant d’utiliser le système de chauffe intégré. En les portant sans allumer le système de chauffe, le moins que l’on puisse dire, c’est que ces gants sont chauds. Vraiment chauds. La doublure en polaire à l’intérieur combinée à un tissus softshell à l’extérieur en font une bonne protection contre le froid et le vent.

Ils sont aussi tellement chaud qu’il sera parfois nécessaire d’emporter une paire moins chaude, pour la montée par exemple. Le risque étant de transpirer un peu trop des mains, ce qui a deux conséquences : d’une part, il est plus difficile d’enfiler les gants après avoir transpiré dedans, et d’autre part une partie de la chaleur produite par le système de chauffe sera perdue à cause de l’humidité...

 

 

Sans les batteries, on porte donc des gants qui sont plutôt lourds, mais véritablement efficaces. Toutefois, l’intérêt d’emporter ces gants sans les batteries est très limité puisqu’on porte un système électronique dont on ne se servira pas et qui pourrait éventuellement être fragile. En effet, les problèmes de robustesse dans le temps sont fréquents pour ce type de matériel.

Après 3 mois d’utilisation, sur le plan de la robustesse, les gants Racer Connectic n’ont pas montré de signe de faiblesse, malgré quelques utilisations qui ne les ont pas ménagés. Des pièces de cuir protègent la paume de la main et d’autres parties “sensibles” : intérieur du pouce, bord de l’index et de l’auriculaire. Cette finition est très bien faite. À la suite d’une bonne chute sur un sol pierreux, une seule petite égratignure est à déplorer sur ce cuir, mais rien de choquant au regard du choc. Le reste du revêtement extérieur en softshell semble un peu plus sujet à l’abrasion, il faudra probablement se méfier dans des conditions plus délicates, comme en cascade de glace par exemple.

Au niveau de l’ergonomie, il n’y a pas grand chose à redire : ces gants sont souples et agréables à porter. Les manchons remontent bien haut, l’apport de chaleur n’en est que meilleur, assurant une bonne continuité entre les mains et le vêtement qu’on porte. On peut aisément porter un altimètre sans être gêné. Le système de serrage des manchons avec un élastique et un tanka autobloquant est efficace. Les batteries se trouvent au niveau du poignet : elles ne gênent ainsi jamais, on ne les sent même pas.

Ces gants sont plutôt épais, mais demeurent très confortables en termes de manipulation : on garde un bon toucher au bout des doigts. Par exemple, on a de bonnes sensations sur les leviers de frein à vélo de route. C’est toujours agréable de pouvoir doser son freinage dans une descente :-). Il est aussi très facile de changer de mode de chauffe, un gros bouton situé sur le dos de la main permet de choisir le niveau : 0 - 1 - 2 - 3. Ce bouton s’actionne aisément et trois LED très visibles - même en plein jour - permettent de visualiser ce mode. Un bémol, conséquent à cette facilité d’action : il faut se méfier que les gants ne se mettent pas en marche dans un sac à dos par exemple ! Pour éviter cette déconvenue, il est possible de simplement débrancher la batterie, ce qui obligera une manipulation supplémentaire au moment de les enfiler par contre.

L’autonomie annoncée est très fidèle à la réalité, à température ambiante. Bonne surprise, les performances de la batterie ne semblent pas affectées par le froid : nous avons relevé la même autonomie dans le compartiment freezer d’un réfrigérateur, c’est-à-dire à -12°C. L’autonomie peut paraître faible sur le papier, mais comme dit précédemment, ces gants sont très chauds donc on n’est pas obligés d’allumer le système tout de suite. On peut aussi l’éteindre périodiquement, l’inertie thermique se chargeant de garder les gants à bonne température pendant un moment. L’autonomie s’en voit alors décuplée.

Une fois le chauffage mis en route, on est surpris par la rapiditité d’action : même à température ambiante on sent bien qu’ils fonctionnent. De plus, le chauffage est très uniforme : phalanges et dos de la main ; exceptée la paume, toutes les parties au délà du velcro de serrage central sont chauffées. Aucune sensation de point froid à déplorer. Le 3e niveau de chauffage est très puissant : il permet d’envisager ces gants comme un système de secours qu’on emporte dans son sac, au même titre qu’une doudoune. Avant que l’onglet ne survienne on peut compter sur ces gants. Ou avant une descente à vélo. En bref, les idées d’utilisation ne manquent pas !

Ces gants ont pu être testés principalement en parapente, et un peu à vélo et à ski. Mis à part un peu de neige, l’étanchéité n’a pas été mise à rude épreuve. Prochainement, ils devraient être testés dans des conditions plus humides.

Poids mesurés en taille M (8) :

  • paire de gants avec batteries : 390g
  • paire de gants sans batteries : 254g
  • poids des batteries : 136g
  • chargeur : 88g

Batteries LiPo 2200 mAh chacune. 7,4 V.

Temps de charge des 2 batteries : 3h30

Temps de décharge (à température ambiante 20°C) :

  • mode 1 : 3h55
  • mode 2 : 2h50
  • mode 3 : 2h10

Matériaux :
Tissus extérieur : softshell
Doublure polaire
Isolant : fiberfill
Paume : cuir
Etanchéité par une membrane Polymax

 

Dans les points à améliorer, on recense :

  • pas de témoin de batterie faible ! C’est le seul point qui s’avère vraiment gênant, car on n’a aucune idée du temps de chauffe restant : il aurait été idéal que la LED clignote lorsque la batterie faiblit. On peut donc passer du 3e niveau de chauffe (le maximum) à rien du tout sans être prévenu. Même avec une bonne isolation, les doigts ne tardent pas à refroidir dans ces cas là : gare à l’onglet qui veille !
  • absence de leashes sur ce modèle. Il reste possible d’en ajouter soi-même, mais elles ne seront pas forcément bien placées : idéalement, une telle sangle devrait être placée à l’opposé du pouce, ceci afin que le gant puisse pendre dans le bon sens lorsqu’on l’enlève. Mais il faudra alors bricoler voire coudre un peu, car aucune boucle existante ne le permet. Le système de serrage des manchons pourrait faire l’affaire, mais il est placé du côté du pouce.
  • le “logo Racer” sur le dos de la main, surtout dans la version femme, fait un “débord” qui n’est parfois pas pratique, notamment quand on enfile des dragonnes, qui peuvent se “prendre dedans”. Au détriment de l’harmonie du design du gant, un simple coup de ciseaux corrige ce problème :-)
  • il est étonnant que, par défaut, le système de chauffe s’allume lorsqu’on branche la batterie. Si l’on n’y fait pas attention, on risque de laisser ses gants chauffer dans son sac… où ils videront leur batterie bien avant de les avoir utilisés !

On aime :

  • chauffe efficace : la sensation de chaleur est bien présente, et rapidement
  • les batteries sont bien placées, elles ne gênent jamais
  • remontent haut sur les poignets, couvrent bien le début des avant-bras

On aime moins :

 

Prix approximatif : 180 €

Existe en modèle homme et femme (voir le site du fabricant)

Photos de détail et en situation des gants chauffants Racer Connectic

Le bouton pour allumer, régler et éteindre le chauffage est très facile à actionner 
Le bouton pour allumer, régler et éteindre le chauffage est très facile à actionner

Le petit débord qui peut gêner en enfilant une dragonne 
Le petit débord qui peut gêner en enfilant une dragonne

 

La batterie se glisse très facilement dans le compartiment fermé par scratch 
La batterie se glisse très facilement dans le compartiment fermé par scratch

Les LED se voient très bien, même en plein jour 
Les LED se voient très bien, même en plein jour

Prêt pour une descente bien fraîche (malgré le ciel bleu!)
Prêt pour une descente bien fraîche (malgré le ciel bleu!)

Les gants chauffants permettent d'avoir un bon
Les gants chauffants permettent d'avoir un bon "toucher", la chaleur en plus !


Plusieurs tests hivernaux en parapente où l'on est particulièrement sujet au froid (altitude + vent relatif permanent)

 

Commentaires
(partager)