Extraterrestre CA 18 : Prendre le temps

par L'extraterrestre dans Extraterrestre 29 sept. 2010 mis à jour 14 mars 3261 lecteurs Soyez le premier à commenter (partager)

Prendre le temps

Chronique publiée dans Carnets d'Aventures n°18.
Voir les autres points de vue de l'extraterrestre.

« Ah, j’aimerais bien mais je n’ai pas le temps ! »
Souvent entendons-nous, ou prononçons-nous, cette phrase. Trop souvent peut-être.
Dans nos sociétés modernes où (et nous pouvons nous en réjouir) les gains de productivité ont été tels que l’on n’a plus besoin de peiner d’arrache-pied 7 jours sur 7 pour simplement se nourrir, où des machines font nombre de choses à notre place, où tout est bien plus aisé qu’avant (ouvrir un robinet plutôt que de marcher jusqu’au puits, allumer la cuisinière plutôt que d’aller quérir du bois pour faire un feu…), où l’on vit mieux et plus longtemps aussi, pourquoi, alors, a-t-on si peu de temps ? Et comment en « gagner » ?
Les journées ne faisant que 24 heures, à moins de dormir moins, c’est ailleurs qu’il faut chercher : dans ce à quoi nous consacrons déjà notre temps…
D’une part, le travail, qui remplit une portion non négligeable de la journée d’un Occidental moyen. Quel est l’objectif personnel que nous poursuivons à travailler beaucoup ? Nous pensons ne pouvoir faire autrement mais est-ce réellement le cas ? Nous envions les adeptes du « travailler moins » (pour voyager plus ?), mais avons-nous essayé de demander à notre employeur un temps partiel ou des congés sans solde ? Voire carrément de changer de poste ? La différence de salaire ou de responsabilités vaut-elle la différence de temps ? Le temps, finalement, n’est-il pas notre bien le plus précieux ?
D’autre part, les loisirs. Les gains de productivité et la modernité sont à l’origine d’une multitude de nouvelles activités récréatives (et de cela aussi on peut se réjouir) qui certes nous distraient mais remplissent, parfois trop, notre temps libre. Quelles sont celles qui nous tiennent vraiment à cœur ? et celles que l’on aimerait vraiment réaliser ?
Alors pour avoir du temps, peut-être faut-il apprendre à en prendre. En prendre à certaines activités pour en attribuer à d’autres. Sachant que, la vie n’étant pas éternelle, on ne pourra pas faire tout ce que l’on souhaiterait, il faut apprendre à faire des compromis. Mais à les faire de façon réfléchie, choisie (et non subie), personnelle aussi (nous n’avons pas tous les mêmes désirs), et régulièrement (nous n’avons pas toute la vie les mêmes désirs !).
« Je n’ai pas le temps pour faire cela » signifie bien souvent « je ne souhaite pas prendre le temps pour faire cela », mais de ceci, encore faut-il en avoir conscience, soit pour y remédier (? réduire le temps consacré à une activité B pour la A), soit pour l’accepter et ne pas le vivre comme une frustration (? notre temps à tous est limité ; en y réfléchissant bien, cette activité n’est pas une priorité pour moi).
Bref, trouver du temps commence par en prendre (!) pour réfléchir sur soi, sur ses réelles aspirations dans la vie et comment mettre au mieux en adéquation son quotidien avec celles-ci. « Vivre ses rêves plutôt que de rêver sa vie… » comme dit l’adage.
Allez, je vous souhaite du bon temps ! ?

Johanna Nobili

Commentaires
(partager)