Tour des Monges à VTT BUL

par olivier dans En France 11 oct. 2013 mis à jour 30 juil. 2014 5814 lecteurs 3 commentaires (partager)

VTT BUL dans le massif des Monges

Les lumières du soir, il faut vite trouver un bivouac avec de l'eauAlpes de Haute-Provence (04).

La zone où a pris place notre balade à VTT itinérant BUL fait environ 300 km2 et a une densité de 2 habitants au km2 soit la même densité que la Mongolie.

Durée : 5 jours
Longueur : 165km
Dénivelée : 6400m positif
Poids des sacs : (autour de 5,5kg avec la nourriture et le nécessaire de bivouac pour les sacs les plus optimisés)

Merci à Mika pour la préparation de l'itinéraire.

A lire aussi :
- liste de matériel VTT BUL Alpes
- diverses listes de matériel VTT BUL

Le Topo par Mika :

Topo VTT BUL Tour des Monges

Le massif des Monges est peu connu. Grossièrement situées dans le triangle Sisteron - Digne - Lac de Serre-Ponçon, dans le département des Alpes de Haute Provence, ces moyennes montagnes (point culminant 2115 m) sont peu habitées et présentent un caractère relativement sauvage. On en prend particulièrement conscience à l'heure du bivouac : très rares sont les lumières artificielles (fermes, hameaux, voitures...) visibles dans le lointain alors que la vue porte sur une multitude de vallons et de crêtes.
Configuration topographique du massif : des crêtes secondaires s'agencent autour d'une crête principale peu escarpée d'axe NE / SW ; les combes sont nombreuses, généralement petites, modérément encaissées ; les fonds des principales vallées s'étagent entre 700 et 1100 m d'altitude ; des falaises de petites tailles, surtout dans l'ouest et le sud du massif ; pas de grosse barrière naturelle. Ces caractères permettent d'élaborer un (des) itinéraire(s) qui tutoie(nt) régulièrement les points hauts, favorisant la diversité des points de vue sur toute cette région (du Mont Ventoux aux Ecrins en passant par le Lubéron, le pays du Verdon, les contreforts occidentaux du Mercantour, le Parpaillon, le Dévoluy...).
D'un point de vue VTT, nous sommes ici dans les préalpes calcaires : ces derniers sont prédominants dans les parties occidentales et méridionales du massif : les chemins y sont dans l'ensemble assez caillouteux, parfois cassants. Ils nécessitent souvent un assez bon bagage technique pour pouvoir être roulés sans devoir poser le pied à terre tous les 50 m... Les parties est et nord du massif sont davantage marneuses ; les sentiers y sont moins caillouteux, dans l'ensemble un peu plus roulants.
Les adrets et les crêtes peu végétalisées sont souvent caillouteux, les ubacs, plus végétalisés sont davantage roulants. Les section sous hêtraie (les sols y sont plus épais) sont généralement excellentes, les sections sous chênaie sont le plus souvent bonnes...
D'une façon générale, les sentiers des Monges sont assez peu fréquentés. Et s'il faut noter les efforts des fédérations sportives (FFRP, FFC) concernant le balisage et le maillage plutôt bon des sentiers, il n'en reste pas moins que ceux-ci sont presque toujours étroits et parfois peu entretenus. Cela a bien entendu des conséquences sur la façon de les rouler : ils nécessitent un pilotage précis et n'autorisent pas toujours des vitesses élevées... On se rattrapera pour cela dans les sections forestières...
Le caractère méridional du massif impose une gestion de la ressource en eau. Les très faibles densités de population dans le massif font que les villages et hameaux sont dépourvus de commerces pour se ravitailler. Il est possible de trouver des gîtes ou chambres d'hôtes dans les principaux villages, mais cela impose alors le déroulement des étapes. Le VTT BUL (B comme bivouac) est donc la formule la plus adaptée pour dessiner l'itinéraire qui présente le plus d'intérêts, à la fois en matière de roulage et de paysages. Pouvoir bivouaquer sur les crêtes du massif, profitant ainsi des lumières du soir et du matin, des points de vue, de l'isolement est un gros "plus".
Nos sacs à dos pesaient entre 5,5 et 9 kg (dépend du matériel + ou - léger de chacun) pour une itinérance de 5 jours, avec tout le nécessaire pour dormir. Petit ravitaillement organisé en milieu d'itinéraire.
Etaient présents Tony Roy, Olivier et Johanna Nobili, Sophie Castets et Mika Charavin.


Jour 1 :
Départ depuis le parking en bas d'Authon, près de la station de lavage VTT et du gîte des Monges. Possibilité de laisser un réapprovisionnement.
Départ tranquille pour s'échauffer sur la D3 jusqu'au col de Font Belle. De là, une piste monte progressivement, d'abord en direction de la Grotte St-Vincent (on passe devant la Dalle à Ammonites, aménagement de la Réserve géologique de Haute Provence), puis à la côte 1450, vers Pra Montant. Le sentier (PR, balisage jaune) qui part au-dessus de la piste, vers 1570 m d'altitude, est un single peu emprunté mais roulants (sauf quelques troncs en travers), suivi d'une courte section de piste qui mène jusque sur la crête où le sentier repart à main droite. Malheureusement la descente sur l'adret de la Grande Aiguille n'est pas à la hauteur de nos espérances : le sentier s'avère très peu pratiqué et très peu entretenu. La 1ère partie en épingles n'est quasi pas pédalable (pente caillouteuse, raide, sentier très étroit se perdant dans la broussaille), il devient ensuite progressivement plus roulant et bien plus agréable. On pourra lui préférer le GR 6 via la Grotte St-Vincent, très certainement plus roulant...
Sur le bas du versant SW de la Montagne de Melan, contrairement à ce que la carte indique, le GR6 part à droite (N) à la côte 1400 m, puis descend dans une petite combe, rattrape la route forestière du Désert, puis revient vers le col de Mounis via une piste plus étroite. Ensuite, l'itinéraire tout en single suit la longue crête qui s'étire sur la colline de St Joseph (GR6), puis sur l'échine du Sommet de Vaumuse : magnifiques vues sur le Sisteronnais et le pays Dignois, alternance de petites descentes et de courts ressauts, les plus raides étant exigeants. De Vaumuse, un plus large chemin (départ caillouteux) descend vers le SSE ; au niveau du ravin des Cluses, il faut chercher le départ du sentier (dans les genêts) qui plonge sur une arête secondaire, puis dans une combe : la pente est toujours relativement raide, mais le single, en sous-bois de chênes, tout en courbes, est plaisant et un peu technique sur les 2/3 supérieur ; le 1/3 inférieur, un poil plus raide, et surtout plus caillouteux, est donc davantage exigeant ; le fond du ravin est même tapissé de gros galets, cette section exige un pilotage spécifique... Une fois la piste rejoint, descendre jusqu'à un bassin DFCI. Une belle source abondante et un replat herbeux font une belle aire de bivouac...

Distance : 28 km
D+ : 935 m, D- : 1420 m
Cotation difficultés : M2 (M3), T3 T4, E2 E3
SPR : 65/30/5

Points d'eau : ruisselet sous le col de Mounis (versant nord).

Jour 2 :
Environnement assez méditerranéen (pinèdes). Le sentier (PR jaune) qui monte au-dessus du hameau ruiné du Vigoureux nécessite un petit poussage (sur 60 m de D+), puis il traverse 2 vallonnements successifs (courts poussages) dans des terres ocres avant de remonter au hameau de St-Syphorien. Descente par la piste jusqu'au pont de la Reine Jeanne. On remonte ensuite la belle piste (D17) le long du torrent du Vançon jusqu'à dépasser le lieu-dit Abros. A noter, un bel emplacement de bivouac le long du torrent du Vançon (côte 710 m).... La 1ère partie du single (PR, balisage jaune), montant tranquillement, est roulante et même joueuse, puis le sentier devient raide et il faut porter (env 70 m de D+). A l'altitude 950, possibilité de quitter le sentier balisé pour celui partant à main droite : il rejoint à courbe de niveau une piste qui remonte vers Chabert. Attirés par le sentier redevenu bien roulant, nous sommes restés sur le PR : Cependant, au-delà, des ruines de Granges Neuves, il faut à nouveau pousser sur une courte section (env 40 m de D+). A partir de la côte 1050 m, le sentier devient traversant / montant, et roulant. Il débouche sur une piste relativement raide qui ramène à Chabert. De là, c'est asphalte sur la D3 jusqu'à Authon (où on pourra repasser au véhicule récupérer un ravitaillement).
Depuis Authon, le ravin de la Bastié se remonte par une belle piste forestière (pente moyenne, très roulante) jusqu'à l'altitude de 1390 m. Là, une piste peu pentue amène sous les crêtes du Clot des Martres après être allée virer assez loin à l'W. A la côte 1580, un sentier grimpe à main gauche : les 2 premiers tiers, bien qu'un peu raides, sont en partie pédalables ; il faut ensuite pousser pour atteindre la crête (env 50 m de D+). La crête n'est pas facile : le sentier n'y est pas vraiment marqué, et le calcaire affleurant rend la progression technique et cassante sur certaines sections. En bout de crête, portage sur env 90 m de D+ pour atteindre la côte 1910. Un sentier part à courbe de niveau, il est +/- roulant jusqu'à l'attaque de la descente (une section de quelques 10aines de m dans des gros blocs de calcaire) . Le début de la descente est encore très caillouteuse, sur un sentier assez étroit, puis vient une section roulante et agréable dans un mélézin. Enfin, on rejoint le lac des Monges par une piste forestière.

Distance : 39 km
D+ : 1600 m, D- : 630 m
Cotation difficultés : M1 M2 M3 M4, T3, E2 (E3)
SPR : 40/45/15

Points d'eau : source le long de la piste, entre Authon et les crêtes du Clot des Martres (vers la côte 1400-1450 m). Au lac des Monges, source sur le sentier descendant (5 min) en direction de Baudinard.
Variante permettant de ne pas repasser à Authon (attention, pas testée) : sur la D3, prendre la petite route qui va au lieu-dit Briançon, puis la piste et enfin le sentier qui domine le ravin des Planchettes...

Jour 3 :
Depuis la cabane forestière du lac des Monges, un single (GR6) monte doucement sur la partie nord de la crête de Maladrech sur env 600 m linéaires ; s'ensuit une courte section sur piste forestière (contournement du Rocher de Cournaud). Le single reprend sur la crête de la Pinée : profil très majoritairement descendant sur un sentier un peu caillouteux... Au-delà d'Esparron, l'itinéraire remonte légèrement sur une 40aine de mètres (sentier parfois caillouteux), avant de descendre plus franchement sur un versant sud : sur la partie supérieure de la descente, quelques courts passages dans les marnes sont techniques et ludiques, le reste est franchement caillouteux... La seconde partie de la descente, en sous bois de chêne, est plus intéressante car plus "propre", autorisant un pilotage plus fluide et rapide. La dernière partie de la descente redevient extrêmement caillouteuse, sur un sentier étroit, dans un versant raide : peu plaisant. La remontée à Bayons se fait par la route ou par une piste en rive gauche, entre Forest-Lacour et Bayons.
Après Bayons, une très belle piste forestière remonte le vallon du Sasse, puis grimpe progressivement sous la Barre de Bayons pour déboucher sur une large crête boisée, au lieu-dit du Coin des Mélèzes : beau point de vue sur le sud du massif des Ecrins et sur la Montagne de la Blanche. La piste forestière sur la Crête des Mélèzes montre un profil "up and down". A partir du point coté 1591, à l'E de la Montagnette, la piste qui grimpe vers le sud est plus raide (sur env 80 m de D+), puis traverse un large cirque sur le versant ouest de la station de Chabanon. Le sentier (GR6) reprend à main gauche à la sortie du dernier mélézein et monte progressivement (section entièrement pédalable, 1 ou 2 ravinements techniques à franchir) jusqu'à un replat, à la côte 1780, où une source captée alimente en eau des abreuvoirs à vaches...

Distance : 40 km
D+ : 1375 m, D- : ? m
Cotation difficultés : M1 M2 M3, T3 (T4), E2 E3
SPR : 55/25/20

NB : Pas de ravitaillement possible à Bayons sauf dépôt préalable de nourriture...
Points d'eau : fontaines à Esparron et Bayons, ruisseau dans le ravin de la Sagne à la côte 1305.


Jour 4 :
La montée au col des Tomples se fait par un sentier parfois raide, dans les marnes : poussage et portage obligatoires, quelques courtes sections techniques se franchissent sur le vélo. Descente par un single à travers les pelouses jusqu'à la bergerie des Planes, courte remontée au col de Combanière par une piste. La piste descend ensuite tranquillement jusqu'au lieu-dit le Lauzerot. Un single roulant remonte d'une 40aine de m vers un un col anonyme. La suite, balisée PR (jaune), jusqu'au-delà de la Cabane du Gau (à l'endroit où le sentier rattrape une piste forestière), est très majoritairement du single, up and down, parfois un peu raide, toujours étroit, avec présence de cailloux et de racines sur certaines sections : assez exigeant donc.

Vient ensuite une véritable descente : une section rapide, avec un long single roulant à très roulant, notamment dans la hêtraie lorsque le sentier est peu pentu : une des plus belles descentes de ce tour. Toujours étroit, le sentier exige concentration et application dans le pilotage, mais on peut enfin lâcher les freins.... A l'approche du fond de la vallée (après un court intermède sur une piste), le sentier un peu plus raide zigzague en une série de lacets serrés. 150 m sur l'asphalte, et on repart sur un single au profil traversant / montant, roulant, parfois étroit, sous futaie de chênes. On prend rapidement de l'altitude au-dessus d'une jolie gorge (la Clue de Verdaches), le single traverse un versant raide mais boisé. Arrivé à la côte 1320, le sentier devient plat, puis traversant descendant, plaisant et roulant. A proximité du lieu-dit Charui, la pente s'accélère, le sentier se fait davantage technique (cailloux, épingles serrées, petits ravinements). La fin de la descente se fait sur une piste, puis en roue libre sur le goudron jusqu'à Barles.
En aval du village, débute la montée vers le Paturage de Chine : d'abord sur le goudron jusqu'au Forest (pente assez soutenue), puis sur une longue piste (pente parfois soutenue), caillouteuse sur son dernier tiers.

Distance : 30 km
D+ : env 1600 m (estimation carte car la montre alti est tombée en panne)
Cotation difficultés : M3, T3 (T4), E2 (E3)
SPR : 60/25/15

NB : Pas de ravitaillement possible à Barles (seul commerce, un bar - pas de vente de nourriture)
Points d'eau : Abreuvoirs près des ruines Garnier, fontaine à Barles, abreuvoirs à la Bergerie de Chine.

Jour 5 :
Depuis la Bergerie de Chine, la montée au col de la Croix de Veyre se fait d'abord sur un single étroit et peu marqué, mais peu pentu, dans un large alpage, puis sur une courte piste présentant 3 ressauts raides à très raides ; et enfin sur un agréable single (GR6) traversant / montant.
Les 100 premiers mètres de D- versant sud sont raides, très caillouteux, techniques ; les 100 m suivants sont moins raides mais restent moyennement roulants et nécessitent de l'attention du fait des cailloux omniprésents. La suite est plus plaisante, des courtes sections dans les marnes sont assez joueuses, d'autres plus caillouteuses. La fin de la descente (au-delà du hameau ruiné des Bastides et jusqu'à la côte 1300) se fait sur piste.
Le gros de la montée sur le versant nord de la Montagne de Géruen se fait sur une piste roulante, pas trop pentue. Au-delà de la cabane pastorale, sur le sentier du GR6, il faut pousser un peu sur env 50 m de D+ (très caillouteux) avant de retrouver un sentier plus roulant : étroit, avec +/- de cailloux selon les sections, mais peu pentu. La traversée vers l'W, bien qu'à courbe de niveau, est exigeante : le sentier est souvent très étroit, les blocs de calcaire exigent du pilote des trajectoires très précises, de l'équilibre et de la fluidité dans les secteurs cassants.
La 1ère partie de la descente est du même acabit : exigeante, car le sentier est étroit, parsemé de blocs cassants la fluidité de la progression, traversant en balcon sur des pentes soutenues. La suite, sous couvert de chênes blancs, toujours en traversée descendante, devient ultra roulant. Mais attention, l'étroitesse du single exige là encore toute l'attention. Un must de pilotage !
En pied de versant, après une section d'env 500 m sur une piste, poursuivre par un sentier de découverte : single toujours roulant, une courte section amusante sur caillebotis, puis une courte remontée jusqu'à la route.

A la Fontaine Benette, prendre le sentier qui remonte de quelques 10aines de m de D+. Suit une longue section en traversée, en sous bois de conifères et hêtres, très roulante, agréable, tranquille. Elle se termine par une franche et ultime descente en multiples lacets sur un sentiers plus caillouteux. Les 300 derniers m se font sur le goudron.

Distance : 28 km
D+ : env 900 m (estimation carte car panne de la montre alti)
Cotation difficultés : M3, T3 (T4), E2 E3
SPR : 75/25/0

Points d'eau : Fontaine Benette prés du col de Font Belle
Station de lavage VTT à côté du gîte des Monges, à Authon.


Bilan global : 165 km, 6400 D+ et 6400 D-, 4 journées et demie.

Le topo et la trace GPS sur VTTour : tour des monges

Faune remarquable observée : chamois, chevreuil, nombreux vautours fauves, aigle royal...
Système de cotation utilisé : http://www.vttour.fr/articles/read_5.html

Mika Charavin

Une variété de paysages incroyable !
Une variété de paysages incroyable !

Une variété de paysages incroyable !
Une variété de paysages incroyable !

VTT Bul dans les Monges
VTT Bul dans les Monges

Petit bivouac avec vue !
Petit bivouac avec vue !

Parcours de crête majeur !
Parcours de crête majeur !

Les lumières du soir, il faut vite trouver un bivouac avec de l'eau
Les lumières du soir, il faut vite trouver un bivouac avec de l'eau

On a croisé pas mal de faune lors de ce trip dans cet éden
On a croisé pas mal de faune lors de ce trip dans cet éden

Matin ou soir ?
Matin ou soir ?

De biens jolis single dans l'ensemble
De bien jolis single dans l'ensemble

Commentaires
(partager)
posté le 18 nov. 2013
Jipé
Superbe cet itinéraire !:) Avez-vous mis en ligne la trace gpx?
Invité (utilisateur non inscrit)
posté le 18 nov. 2013
Johanna Nobili
Oui Mika l'a mise sur le topo sur vtt tour, voir "trace GPS" sur la droite .
C'est clair que c'est un chouette itinéraire dans un très beau massif et des bivouacs 4 étoiles :)
Invité (utilisateur non inscrit)
posté le 18 nov. 2013
Jipé
Merci! Et vive le Vtt BUL...
Invité (utilisateur non inscrit)
(partager)